Télétravail : les clés du succès par l’Observatoire de la Parentalité en Entreprise

Article publié le 19/07/2012

Alors que le télétravail venait tout juste d’être encadré par la loi Warsmann, l’Observatoire de la Parentalité en Entreprise (OPE) publiait au printemps 2012, son guide Le télétravail pour mon entreprise ? Aide à la réflexion et à l’action. Réalisé à partir de retours d’expériences, ce nouvel outil pratique offre des réponses aux questions que se posent tous les acteurs du télétravail, qu’ils soient responsables de projet, télémanagers, télétravailleurs, collaborateurs, clients ou membres de la famille d’un télétravailleur. Magali Mounier-Poulat, directrice de projet à l’OPE et chez 1762 Consultants, revient sur le contexte de création et tout l’enjeu de cet ouvrage.

 

Pourquoi la promotion du télétravail est-elle un axe fort de l’action de l’OPE ?

Selon le volet « salariés » de notre baromètre 2012, le télétravail est une des actions les plus plébiscitées par les salariés pour les aider à mieux concilier vie professionnelle et vie familiale. Les attentes en matière d’organisation du temps de travail et de flexibilité horaires deviennent de plus en plus fortes. Le télétravail est perçu comme un mode innovant d’organisation du travail et permet de mieux équilibrer les rythmes de vie, de réduire la fatigue liée aux temps de transports, ou encore d’être davantage présents aux côtés de sa famille. S’il répond à des aspirations grandissantes des salariés, le télétravail offre également des bénéfices aux employeurs, beaucoup d’entreprises avec qui nous travaillons, le considérant comme un vrai levier de performance. Au-delà du salarié-parent, le télétravail est aussi un mode d’organisation du travail qui peut répondre aux besoins de plusieurs publics : grand-parentalité active, aidant naturel, jeunes, seniors… C’est également une pratique non genrée, favorable à la mixité professionnelle.

 

Quelle était votre ambition en publiant ce guide ?

Tout l’enjeu pour nous était donc de répondre aux questionnements et aux inquiétudes en matière de télétravail. Dans un pays à la traîne sur cette question, nous souhaitions accompagner les entreprises et leur montrer toutes les opportunités liées à ce nouveau mode d’organisation du travail. Aujourd’hui, avec la loi Warsmann, le flou juridique est levé mais il reste encore beaucoup à faire pour informer, rassurer et montrer que la tâche n’est pas si difficile. Notre but n’est pas de pousser toutes les entreprises et tous les salariés à faire du télétravail mais bien de leur donner des éléments objectifs et pratiques pour avancer plus sereinement sur cette question.

 

Pouvez-vous nous présenter plus précisément votre guide ?

Pour la rédaction de cet ouvrage, nous avons travaillé avec les entreprises membres de l’OPE, nous avons fait intervenir Nicole Turbé-Suetens, une experte de la question, et avons aussi interrogé les organisations syndicales dont nous voulions impérativement connaître les avis. Enfin, pour être le plus exhaustif possible, nous avons également contacté les collectivités et intégré la problématique des télécentres. A partir de là, notre ouvrage s’adresse à tous les acteurs du télétravail : responsables de projet, télémanagers, télétravailleurs, clients ou membres de la famille d’un télétravailleur. Une vision à 360° ! Notre guide a été conçu pour apporter à tous des conseils, des recommandations et des témoignages et les aider à avancer dans leurs projets de télétravail.

 

Quelles sont selon vous les clés du succès du télétravail ?

Comme indiqué aujourd’hui dans la loi, le point de départ reste bien sûr la notion de volontariat et de réversibilité. Le télétravail n’est pas un acquis, ni du côté du salarié, ni du côté de son employeur. Chacun peut toujours revenir en arrière. Chaque situation est spécifique : ce qui peut convenir à l’un, peut ne pas convenir à un autre, même s’il occupe la même fonction. Nous préconisons aussi un télétravail pendulaire : en clair, un travail à domicile ou en télécentre un ou deux jours par semaine, sans risque de désocialisation des salariés et de perte de lien. A une entreprise qui se lancerait aujourd’hui dans le télétravail, nous lui recommandons vivement de faire un pilote pour tester, ajuster et avancer progressivement. Dans le guide, nous proposons d’ailleurs une méthodologie avec différentes phases dans laquelle nous insistons beaucoup sur trois facteurs clés que sont l’engagement de la direction, la confiance et la communication. 

 

Le télétravail pour mon entreprise ? Aide à la réflexion et à l’action est téléchargeable gratuitement sur le site de l’OPE, www.observatoire-parentalite.com.

 

Audrey Caudron-Vaillant

 

Soyez le premier à commenter cet article