Sensibiliser les collaborateurs au handicap

 

Opération choc ou formation au long cours, le handicap doit faire parler de lui pour trouver sa place en entreprise. Nos pistes pour dédramatiser le sujet auprès de vos collaborateurs.

 

Informer sur le handicap : pour le commun des mortels, handicap = fauteuil roulant. Or, le handicap est divers. Certes, on connaît tous le handicap moteur car il est visible mais il y aussi tous les handicaps invisibles, les maladies invalidantes… Pour casser le mythe, informer –via des séances de formation, des modules e-learning, du mini book- vos salariés de la diversité du handicap. Il faut banaliser le handicap en l’évoquant sous toutes ses formes. Le handicap c’est aussi le diabète, une maladie orpheline, un très fort bégaiement… 

 

Ils l’ont fait : le groupe d’informatique Micropole sensibilise grâce aux e-learning.

« Le e-learning est un outil performant qui permet de mettre en situation les collaborateurs et de faciliter l’apprentissage et la compréhension des problématiques rencontrées par leurs collègues souffrant d’un handicap. Un module e-learning scénarisé et personnalisé plonge les personnes en formation dans la culture d’entreprise avec ses codes et son vocabulaire. Ainsi immergé, le « stagiaire » en train d’être formé se retrouve dans son contexte métier ce qui lui permet de s’identifier et de comprendre les enjeux du handicap plus facilement, et les objectifs pédagogiques visés sont alors plus facilement atteints. », observe Franck Nabet, Directeur de Micropole Institut.

 

Rencontrer le handicap : c’est en forgeant que l’on devient forgeron, eh bien c’est aussi en croisant régulièrement des personnes handicapées que l’on devient plus sensible au sujet. Pour inciter vos collaborateurs à côtoyer le handicap, votre entreprise peut tout à fait subventionner une association en lien avec le handicap et organiser des journées d’action sur le sujet. Si certains de vos collaborateurs sont actifs dans ce type d’association, faites-le savoir en interne. Lors de la semaine pour l’emploi des personnes handicapées (en novembre, SEPH), de nombreuses entreprises invitent aussi des candidats en situation de handicap à venir découvrir leurs métiers. Une première rencontre instructive pour les deux parties.  

 

Ils l’ont fait : des salariés volontaires pour animer le salon Pass pour l’emploi de Société Générale.

Chaque année au mois de mars la mission handicap de Société Générale recherche des salariés volontaires pour guider les candidats sur le salon de l’emploi des personnes handicapées organisée par la banque. Conseils dans la rédaction de CV, de mail de motivation, d’entretien d’embauche… les volontaires de l’entreprise s’investissent en fonction de leur emploi du temps. L’occasion pour eux aussi de découvrir que le handicap ne doit pas être un frein à l’emploi.

 

Mettre en situation : cette fois, il s’agit de faire vivre le handicap à vos salariés valides. Certains collaborateurs ont besoin de cette mise en situation pour prendre le sujet à bras le corps. « Mettre les managers en situation de handicap leur permet souvent de constater par eux-mêmes qu’ils sont tenus à l’écart par le reste du groupe », constate Corinne Fedjean responsable fidélisation et conseillère mission handicap de Cal Formation.  Pour cela, différentes méthodes cohabitent en fonction des moyens de votre entreprise. Vous pouvez par exemple les faire participer à des rencontres handisports. Harnachés dans un fauteuil roulant, ils essaieront ainsi de marquer des paniers de basket. Plus faciles à organiser, des parcours en fauteuil roulant ou encore des courses d’orientation dépourvue de repères sonores et visuels. Les diners, les petits déjeuners dans le noir sont aussi d’excellents moyens de « vivre » le handicap.

 

Il l’ont fait : Airbus fait tester le handicap

Lors de la dernière édition de la semaine pour l’emploi des personnes handicapées, les salariés d’Airbus ont pu participer à des Dark Lab, des dégustations dans le noir et à des Café Silence. Des expériences sensorielles qui ont permis aux participants d’être sensibilisés aux difficultés rencontrées par les PH et de réaliser l’importance de la vue et de l’ouïe au quotidien.

 

Faire rire : comme dans le film Intouchables, vous pouvez miser sur l’humour et le jeu pour aborder le sujet du handicap. De nombreux cabinets de conseil et d’agence de communication se sont emparés du sujet et proposent des quizz, des jeux de carte, des jeux de rôle, des jeux de société…

Autre version ludique mais en mode écran : les serious game. Ces « jeux sérieux » en ligne permettent aux collaborateurs de se glisser dans la peau d’avatar et de remplir un certain nombre de missions relevant de la gestion du handicap. Par exemple, dans le jeu Handicohésion, comment réagir face à un collègue atteint d’un malaise dû à son diabète. Ce support en ligne répond évidemment particulièrement aux attentes de la génération Y.  Des troupes de théâtre proposent des saynètes mettant en scène des valides et des personnes handicapées. Jouées en entreprise, ces pièces permettent de dédramatiser. Les vidéos, les mini-séries… sont aussi l’occasion de rire du handicap.  , 

 

Ils l’ont fait : ils sponsorisent des vidéos

En sponsorisant la saison 4 de la mini-série vidéo J’en crois pas mes yeux,  des entreprises comme Atos, EDF mais aussi Essilor et bien d’autres*, misent sur l’humour pour parler du handicap. On découvre ainsi la vie de bureau de 5 collaborateurs d’un service communication. Tous avec leurs travers, leurs maladresses et leurs différences. Le handicap n’étant pas toujours là où on l’attend.

* le groupe BPI, BNP Paribas, Cap Gemini, Dassault Systèmes, Endered, Fondation Free, groupe SNI, Pôle emploi, Safran, Société Générale.

 

Parler handicap : si vous comptez des travailleurs handicapés, invitez-les à s’exprimer sur leur expérience et leur intégration dans l’entreprise. Faites-en des success stories à travers des conférences, mais aussi pourquoi des expos photos, des mini-films… Les managers n’en seront que plus rassurés. Intégrez également le handicap à tous les processus de l’entreprise. En étant prise en compte en amont, le handicap fera partie intégrante de la vie de l’entreprise. L’arrivée d’un nouveau collaborateur handicapé suscitera moins d’appréhension et de rejets.

 

Ils l’ont fait : Thalès intègre le handicap aux procédures de l’entreprise.

Outre un accord sur l’emploi des personnes handicapées, le groupe spécialisé dans l’aéronautique et la défense place le handicap au cœur de tous les processus maison. Dans le cadre d’un appel d’offres, un acheteur doit nécessairement consulter une entreprise adaptée ou un ESAT. En marketing, un chef de produit qui travaille par exemple sur les portillons du métro doit intégrer la problématique du handicap dès la conception du matériel.

 

Sylvie Laidet