Bien-être au travail, lubie passagère ou réelle préoccupation ?

420
0
bien-être au travail, collaborateur, climat social, management

« Bien-être au travail », les managers n’ont plus que ce mot à la bouche à l’ère où les entreprises veulent remettre l’humain au centre de leurs préoccupations pour favoriser leur productivité.

L’épanouissement et la motivation ont beau être au service de la performance, le bien-être au travail est-il vraiment la réponse à une baisse de l’engagement des collaborateurs ou un simple effet de mode ?

Des causes de souffrance bien réelles

Perte de sens dans leur activité, difficulté à trouver leur juste place à leur poste de travail ou à s’adapter aux nombreux changements qui révolutionnent quotidiennement l’environnement professionnel et son organisation… tant de facteurs qui déstabilisent et favorisent l’apparition de situations de stress chez vos collaborateurs.

La souffrance au travail est donc bien réelle. On assiste d’ailleurs à une montée fulgurante des risques psycho-sociaux ces dernières années. Dépression, Burn-out, harcèlement au travail sont en effet des problématiques bien réelles qu’il est urgent de traiter avec sérieux.

Des réponses parfois superficielles

On connaît tous les pratiques courantes adoptées par les employeurs pour répondre rapidement à ces souffrances durables.

Cours de yoga du rire, salle de jeux, aménagement ergonomique des bureaux, salle de repos … des accessoires qui font bien et valorisent avec facilité votre image de marque à l’externe mais ne suffisent malheureusement pas à traiter ces problématiques en profondeur. Il s’agit en fait d’une approche trop superficielle apportant de fausses réponses à un fléau pourtant bien existant.

Soyons clairs, il ne suffit pas de mettre à la disposition de vos salariés un terrain de sport pour les faire sortir d’un mal-être réel.

L’identification des causes des souffrances, souvent liées au contexte spécifique de l’entreprise, est essentielle avant d’engager une démarche efficace. Les outils évoqués précédemment ont certes parfois prouvés leur efficacité, mais ils doivent nécessairement venir en complément d’une démarche plus en profondeur.

Des solutions concrètes envisageables

Pour être optimale, la mise en place d’une démarche de bien-être au travail doit provoquer une réorganisation des modes de management et du fonctionnement traditionnel de l’entreprise. Il ne suffit pas de parler bien-être au travail pour être une entreprise dans laquelle il fait bon vivre. Pour améliorer votre climat social, de vrais changements sont à opérer.

Il faut d’abord cibler les causes de la souffrance au travail et les raisons qui empêchent les salariés de s’épanouir avant de proposer des solutions adaptées. Il s’agit bien là de l’unique manière de trouver un équilibre.

Les bases fondamentales du bien-être au travail passent nécessairement par des étapes inévitables à savoir :

  • une capacité à instaurer le dialogue avec bienveillance,
  • savoir miser sur la participation des collaborateurs dans la construction de cet équilibre,
  • donner du sens à toutes les décisions prises dans ce contexte,
  • communiquer en transparence auprès des salariés,
  • apporter à vos collaborateurs la reconnaissance dont ils ont besoin.

Le bien-être au travail et le développement de la qualité de vie de vos collaborateurs sont de vrais sujets. Ils doivent être traités avec tout le sérieux qui leur est dû pour être efficace. Ainsi, vous pourrez observer un réel impact sur l’implication et l’engagement de vos collaborateurs, au service de votre performance.

Camille MOUCHOT