Le Chief Hapiness Officer(CHO) : une réelle bonne idée ?

1782
0
Bonheur au travail

Le Chief Hapiness Officer fait partie de ces nouveaux métiers dont les entreprises ne peuvent visiblement plus se passer. En effet, il commence peu à peu à se développer en France. Procure-t-il du bonheur en entreprise ? Fait réellement-il en sorte que les salariés se sentent heureux ? Explications !

Le Chief Hapiness Officer : un bienfait du bonheur au travail !

Le Chief Hapiness Officer émerge de plus en plus dans les entreprises françaises. Ce dernier fait en sorte que les salariés se sentent plus heureux, épanouis et donc plus productifs. D’une manière générale, on peut dire qu’il s’occupe du bonheur en entreprise et même s’il n’y parait pas, c’est une fonction qui demande du temps, de l’empathie mais également du soutien. Il s’agit d’une sorte de « Responsable du bonheur » !

Notez-le : cette fonction suscite de la « curiosité positive » ! Elle est actuellement en cours de développement et va prendre encore plus de sens d’ici environ 5 années.

Néanmoins, que font concrètement ces garants du bonheur ? Il convient de préciser que ses missions sont nombreuses et concrètes ! En effet, il doit :

-organiser des événements en entreprise ;

-s’attarder sur les situations individuelles au travail ;

-trouver des solutions aux problèmes touchant l’humain ;

-remettre l’humain au centre des préoccupations ;

-régler des tensions liées à la charge de travail

D’une manière générale, la mission principale d’un CHO est d’optimiser l’engagement des collaborateurs vis-à-vis de l’entreprise.

Certaines personnes considèrent que ce nouveau métier amène du bouleversement au sein de l’entreprise.

Par ailleurs, il convient de préciser que le CHO travaille en étroite collaboration avec la Direction des ressources humaines. Il peut également intervenir au niveau de la communication interne ou encore de l’événementiel.

Néanmoins, le CHO n’est pas le DRH ! En effet, les deux fonctions ne doivent pas être confondues. Son rôle est essentiellement basé sur les relations humaines et ses actions. Il est un « RH » sans la paperasse administrative !

Notez-le : dans certaines start-up, c’est le DRH qui occupe ce poste !

Les qualités que doit avoir le CHO sont les suivantes : écoute, patience mais encore un sens inné de l’organisation. Il peut rapidement devenir une personne indispensable au sein de l’entreprise et doit impérativement mettre une bonne ambiance au sein de l’entreprise !

Le renforcement de la cohésion des équipes doit être sa priorité ! Son objectif n’est pas de nier les difficultés mais tenter de les régler.

Notez-le : il n’existe pas d’école de CHO !

Il a été démontré que si le salarié est heureux au travail, il est donc moins souvent malade. Une bénédiction pour l’employeur !

En ce qui concerne sa rémunération, actuellement, il n’existe pas de grille des salaires. C’est réellement en fonction de la taille de l’entreprise !

Néanmoins, attention : cette fonction ne doit pas être utilisée de manière abusive !

Les éventuels freins à ce métier !

Pour exercer cette fonction, il est impératif que le CHO obtienne la confiance de la Direction ainsi qu’une liberté d’action sinon les objectifs ne sont pas réalisables. Il existe aussi, le frein budgétaire !

Attention : il faut tout de même préciser qu’un Chief Hapiness Officer ne rattrapera jamais un « mauvais management » ! En effet, s’il existe des problèmes de management au sein de l’équipe, le CHO ne pourra pas régler ce problème mais il pourra apporter de l’aide.

De même, le Chief Happiness Officer n’a pas pour objectif de « construire » une cohésion d’équipe, il la renforce ! Le but étant de « cultiver le bonheur ».

Quoi que l’on dise sur cette fonction, le CHO est indispensable au sein de toutes les entreprises, et cela, peu importe le secteur d’activité…

Yasmine BELHO