Jeremy Lamri, le nouveau visage de l’entrepreneuriat, version compétition collaborative

3605
0

 

Contributeur de la Relève organisée par les Echos le 20 mars 2016, Jeremy Lamri, PDG de Monkey tie, fait parti des 150 personnalités incarnant la nouvelle génération amenée à construire la France de demain, aux côtés notamment d’Axelle Lemaire (Secrétaire d’Etat au Numérique), Yannick Bolloré (PDG Havas), Laurent Solly (DG Facebook), ou encore Jacques Antoine Granjon (PDG Ventes privées).

 

Jeremy Lamri, PDG de Monkey tie et fondateur de Le Lab RH est l’exemple typique d’un entrepreneur au profil atypique, qui a su allier l’intérêt collectif aux intérêts individuels, au profit d’une société replaçant l’Homme au centre.

“Pourquoi te lèves-tu le matin ?” – La question de loin la plus signifiante pour Jeremy Lamri lorsqu’il recrute ses nouveaux collaborateurs, reflète parfaitement l’importance qu’il attache aux moteurs de motivation et à la personnalité de chacun. Car pour lui, le bonheur passe notamment par le bien-être au travail, son leitmotiv depuis quelques années.

Bachelier à 16 ans, puis directement plongé dans des études allant de la physique quantique à Oxford au management stratégique à HEC, ce rugbyman ayant côtoyé le haut niveau débute sa carrière sur le terrain, dans le BTP, avant de poursuivre dans la haute finance. Ne se retrouvant pas dans les valeurs de ces entreprises, il a voulu créer un outil permettant de trouver un emploi et une entreprise qui lui correspondraient. De là découle la création de Monkey tie, désormais leader du matching affinitaire et de la mobilité interne, qui a pour mission de démocratiser les ressources d’accès à l’emploi : outils de développement personnel et professionnel, coaching, offres d’emploi, pré-orientation et mobilité professionnelle.

Grand passionné – et “passionné par les gens passionnés” – Jeremy ne s’arrête pas à la croissance de son entreprise : il croit en l’humain et à l’intelligence collective, au développement collectif des idées. Une nouvelle vision de l’entrepreneuriat est née : faire des choses sérieuses sans se prendre au sérieux, et travailler avec ses concurrents pour accélérer l’adoption de l’innovation. La synergie gagnante pour cultiver la société actuelle.

En effet, Monkey tie marque l'introduction d’un projet d’innovation sociale bien plus vaste : le projet Common Minds, dont l’ambition est de promouvoir un monde décomplexé capable de favoriser toutes les formes de diversité. Porte-étendard d’une génération qui conçoit l’action par l’entreprise, Common Minds s’engage pour l’innovation sociale car pour Jeremy, permettre au plus grand nombre de s’épanouir, c’est l’assurance d’avoir beaucoup plus de contributions et d’engagements pour une société durable et profitable à chacun.

C’est avec cette même passion et en s’associant à l’un de ses concurrents, qu’il créé Le Lab RH en juin 2015, une Association à but non lucratif regroupant plus de 150 acteurs innovants en matière de Ressources Humaines et d’Emploi, ainsi que certains poids lourds du marché, tels que Microsoft, Pole Emploi ou BPI Group. L’initiative, notamment soutenue par le Ministère du Travail et le Secrétariat au Numérique, a pour ambition de devenir le pôle mondial privé de compétitivité en matière d’innovation RH.

Ambitieux mais surtout déterminé à changer les choses, Jeremy Lamri incarne la nouvelle image de l’entrepreneur alliant compétition et collaboration pour l’intérêt commun. Et quand on lui demande sa vision de l’entrepreneuriat, il n’hésite pas à répondre :

“Pour moi, l’entrepreneur n’est pas celui qui essaie, mais celui qui n’hésite pas à se relever et recommencer lorsqu’il trébuche, car se lancer demande le courage d’un jour, alors que réussir requiert une résilience sans faille.”

Jérémy n’est pas seulement un nouvel acteur de l’innovation sociale mais également le porte-drapeau d’une nouvelle génération d’entrepreneurs, de par son envie de développer et fédérer le potentiel de chacun au profit du groupe, son goût du challenge et sa fine capacité à mettre du bon sens là où il en manque.