La génération snowflake : également difficile à manager ?

On vous a fait part il y a peu des difficultés que peuvent rencontrer certains managers au quotidien notamment dans le management de la génération Y et Z. Néanmoins, on ne vous a jamais précisé quelle était réellement ce type de génération..

1913
0
manager managers generation snowflakes management
La génération snowflakes : plus difficile à manager

On vous a fait part il y a peu des difficultés que peuvent rencontrer certains managers au quotidien notamment dans le management de la génération Y et Z. Néanmoins, on ne vous a jamais précisé quelle était réellement ce type de génération, c’est-à-dire de quelle manière cette dernière était perçue à l’extérieur. Explications !

Il convient tout d’abord de préciser que l’expression « génération snowflake » est couramment utilisée aux Etats-Unis depuis environ 2 années. Elle désigne « des jeunes nées entre 1980 et 1990 qui prennent moins de risques et qui sont plus sensibles que les anciens ». Cette expression commence depuis peu à être utilisée en France.

Cette génération est considérée comme étant plus vulnérable et vous l’aurez compris, cette expression ne leur convient absolument pas ! D’autant plus qu’elle ne supporte pas la contradiction. Aie aie aie !

De plus, cette dernière n’aime pas être « critiquée » ou remise en question. Autant vous dire que les managers ne savent pas sur quel pied danser.

Notez-le : certains auteurs considèrent cette génération comprend l’ensemble des mauvais comportements de la génération Y et Z !

Les membres de cette génération ne supportent pas l’autorité. Comment s’y prendre alors ?

Par ailleurs, de nombreux managers se sont rendu compte que cette génération avait du mal à communiquer avec les membres d’autres générations. Comment faire alors ? Doit-on se caler à leurs personnalités ou bien alors leur imposer une ligne de conduite bien précise ?

Notez-le : à l’heure actuelle, il est indéniable que la jeune génération va modifier complétement le monde de l’entreprise dans quelques années !

Comme cette génération a commencé à prendre place au sein des entreprises, les codes du management sont bousculés petit à petit. En effet, il n’est clairement pas possible de les « gérer » de la même manière que l’ancienne génération !

Le manager a tout intérêt à apparaitre comme un « leader » qui avance au côté de ses collaborateurs, que comme un leader qui représente l’autorité. S’il se comporte ainsi, il aura tout gagné et améliorera indéniablement les performances de l’entreprise !

D’ailleurs, le manager de demain tend plus vers un rôle de coach et c’est pratiquement gagné d’avance. Conseiller plutôt que donner des ordres est la nouvelle devise des managers ! Quelques exemples d’idées : il serait intéressant par exemple de remplacer l’entretien annuel d’évaluation par des échanges en face à face, et donnez des feed-back réguliers !

Par ailleurs, l’idée de mettre en place une application mobile dans le but d’interagir avec les collaborateurs est l’outil indispensable à la cohésion de l’équipe.

Notez-le : on les appelle déjà les manager 3.0 ! Ça promet !

Précisons également que le manager, s’il souhaite travailler dans de bonnes conditions avec cette génération, il a tout intérêt à reconnaitre le travail de ses collaborateurs. En effet, cette dernière est plus sensible à la reconnaissance.

Notons bien évidemment que la nouvelle génération tient en compte et apprécie le fait que certaines entreprises s’adaptent à cette dernière. Est-ce la fin de l’autorité hiérarchique et du pouvoir statutaire ?

Vous l’aurez compris, le management doit impérativement se transformer s’il veut cohabiter avec les générations à venir. C’est d’ailleurs ce que commencent à faire de nombreuses entreprises françaises et elle s’en portent très bien. Bien évidemment, les résultats seront analysés dans les années à venir. Affaire à suivre…

Yasmine BELHO.