Le bonheur au travail commence par le recrutement affinitaire

2741
0

 

Selon une étude de l’Institut CSA, 48% des actifs se disent ouverts à toute opportunité professionnelle qui se présenterait. Presque 1 salarié sur 2 serait donc prêt à quitter son emploi actuel. Ennui, manque de motivation, sentiment de solitude au bureau, monotonie dans le travail, … la liste des maux est longue mais tout semble découler de la même source : le manque d’affinités réelles avec l’entreprise.

La bonne personne à la bonne place

Fanny, 32 ans, est employée polyvalente dans un Complexe d’Entrainement Sportif et s’occupe de l’accueil et du secrétariat. Elle a conscience de travailler dans une belle structure, à 10mn à pied de chez elle et de bénéficier d’une certaine sécurité quant à la pérennité de son emploi. Seulement, Fanny a besoin de challenge, de diversité, de passion, et de pouvoir mettre à profit son bagou légendaire. De ce fait, elle voit son job comme une série de tâches monotone et pénible. Pourtant, sa collègue Annick, elle, s’y plaît beaucoup. Le problème de Fanny n’est donc pas ce poste à proprement parlé mais le fait qu’elle ne soit pas à la bonne place. Elle aimerait juste pouvoir faire un job qui colle davantage à sa personnalité dans une entreprise avec qui elle partage les mêmes valeurs …

On pourrait penser que cette histoire est très atypique et pourtant, selon de récentes études parues dans le documentaire “Le bonheur au travail”, 31 % des salariés sont « activement désenchantés » et 61 % ne bossent « que » pour le salaire. Il y a derrière cela une triste corrélation entre les processus classiques de recrutement – qui semblent atteindre leurs limites – et la volonté, pour 92% des actifs, de mettre la personnalité au coeur du recrutement et d’instaurer des méthodes plus humaines.

“Le mot « travail » vient de « tripalium », un instrument de torture utilisé par les Romains pour punir les esclaves rebelles. N’importe quel job a sa part de « tourment ». Ce qui rend les choses supportables, c’est justement d’avoir la chance de travailler avec des gens avec lesquels on se sent bien.”, Gilles d’Ambra-Azzopardi, psycho-sociologue et auteur à succès (Nouveau manuel de manipulation, Réussir les tests psychotechniques…)
 

Mettre la personnalité au coeur du recrutement

Depuis quelques temps, de nombreux acteurs du recrutement essayent d’inverser la tendance, tout comme Monkey tie, leader du matching affinitaire pour le recrutement et la mobilité interne – qui ambitionne de donner à tous les mêmes chances de s’épanouir grâce au développement professionnel.

“Le recrutement affinitaire, c’est prendre en compte les affinités, les aspirations, les volontés individuelles et la manière de fonctionner (parler avec tout le monde peut être naturel ou demander un effort). Il est important de prendre en compte tous ces éléments au moment du recrutement, pour ne pas exposer quelqu’un très fortement sur un poste”, Jérémy Lamri, PDG de Monkey tie.

“Un recrutement, c’est comme une greffe. Pour que ça prenne, il faut que le receveur et le donneur soient compatibles. C’est à cela que sert le matching affinitaire : maximiser les chances de réussite pour inscrire durablement les entreprises et leurs collaborateurs dans une relation « gagnant gagnant ».”, Gilles d’Ambra-Azzopardi

Les entreprises commencent elles aussi à chambouler leurs méthodes de recrutement mais aussi leurs fonctionnements. Michel et Augustin, ChronoFlex, ou encore Gore ont par exemple décidé de remettre l’humain au coeur de l’entreprise.

“Au-delà du recrutement, la mission de Monkey tie est de donner à tout le monde les mêmes chances de s’épanouir dans le travail. On part du constat que l’épanouissement au travail passe beaucoup par la boîte dans laquelle on bosse et, du coup, par le recrutement, par là où l’on choisit d’aller.”, Jérémy Lamri

« La plateforme Jarvis* me permet de décrire les traits de personnalité de mes collaborateurs, et de créer ainsi un support d’échange efficace. C’est un complément d’informations remarquable pour optimiser le fonctionnement de l’équipe. », Barthelemy PHILIPPE, Directeur de la Stratégie et du Développement Groupe – Scor

En se concentrant ainsi sur les moteurs de motivation de chaque collaborateur et en développant le potentiel de chacun, ces entreprises ont voulu favoriser le bien-être au travail, que ce soit par leur processus de recrutement, la fin du système pyramidal, et la suppression de la hiérarchie. Elles misent avant tout sur l’individu, tout d’abord en faisant de la personnalité du candidat, une valeur fondatrice lors du recrutement (comme Michel&Augustin par exemple).

Grâce au matching affinitaire, le climat de confiance naturellement installé permet de faire de chaque collaborateur, un acteur essentiel de l’entreprise et donc de développer l’intelligence collective. En plus d’être la nouvelle solution innovante pour privilégier l’épanouissement professionnel, le recrutement affinitaire serait alors peut-être aussi la première brique vers une entreprise plus collaborative.

* une solution de Monkey tie permettant de faire passer le questionnaire de personnalité Big5 à n'importe quel candidat disposant d'un mail