Drôle de management : exemple de mail à ne pas envoyer à vos salariés.

3542
0
droit à la déconnexion
droit à la déconnexion

La rédaction vient de recevoir un mail d’un salarié qui nous explique que ce long week-end de mai ne va finalement pas être consacré à flâner et à se reposer.

Son manager, lui a envoyé un email vendredi soir à 19h43 pour lui demander d’exécuter un travail avant mardi matin 9h, sous peine de sanction. Un manager qui n’a jamais du, entre autre, entendre parler du droit à la déconnexion !

Le salarié nous indique qu’il va donc devoir consacrer une journée de travail pendant son week-end et qu’il n’a pas le choix, il risque un avertissement de la part de la DRH !

Voici la teneur du mail reçu :

https://www.myrhline.com/wp-content/uploads/2017/05/Mail-menace-employeur.png

Ce manager que nous ne nommerons pas semble ne pas avoir entendu parlé du code du travail et des règles à appliquer en matière de management de son équipe.

Voici 3 points à rappeler aux managers d’équipes en général :

  1. Le droit à la déconnexion

Comme vous le savez tous, fidèles lecteurs et lectrices de myRHline.com, afin de mieux respecter les temps de repos et de congé mais aussi la vie personnelle et familiale des salariés, l’article 55 de la loi du 8 août 2016 dite « loi Travail » a introduit un droit à la déconnexion

L’employeur est donc tenu d’aborder ce thème dans le cadre des « négociations annuelles sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et la qualité de vie au travail ».

En cas d’absence d’accord sur la mise en place de dispositifs de régulation de l’utilisation des outils numériques, l’employeur se trouve dans l’obligation d’élaborer une charte après avis du comité d’entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel.

Cette charte doit définir les modalités d’application de ce droit à la déconnexion. Elle prévoit aussi, pour les salariés, le personnel d’encadrement et la direction, des actions de formation et de sensibilisation à un usage raisonnable des outils numériques.

  1. Les changements d’horaires de travail à l’initiative de l’employeur

Ce manager semble ne peut savoir qu’il ne peut pas disposer de ses salariés comme bon lui semble. Un salarié sous contrat de travail avec des horaires précisant un planning du lundi au vendredi ne peut en aucun cas se voir imposer un changement de planning du jour au lendemain.

Et si le salarié exécute, par crainte d’une sanction, le travail demandé : les heures supplémentaires « imposées » vont-elles être payées ou récupérées ? Peut-être auront nous un retour du salarié dans les semaines à venir.

  1. La menace formulée à l’encontre du salarié.

Rappelons que l’exposition à des situations de travail dégradées (stressantes pour les salariés) peut avoir des conséquences sur la santé des salariés, les risques psycho-sociaux ne sont plus une légende urbaine (stress, maladie cardiovasculaire, suicide, …)

Ce manager menace clairement le salarié d’une sanction disciplinaire si il ne réalise pas la tache demandée.

Précisons que ce mail a été envoyé à une équipe complète, le mail n’est donc pas à destination d’une seule personne. On peut donc supposer que c’est une pratique courante et normale pour ce manager.

La menace de sanction « un courrier d’avertissement officiel par voie de la DRH » nous apparaît très peu crédible, nous n’imaginons pas qu’un service RH digne de ce nom cautionne ce type de pratique managériale.

Ce mail montre qu’il y a encore beaucoup de travail à faire pour éduquer certains managers, comment faire en sorte qu’une équipe soit performante dans ce type de contexte ?

Bon week-end du 8 mai tout de même.

Christophe PATTE