Réseaux sociaux : où faut-il être pour recruter ?

19118
0

Rechercher des candidats sur les réseaux sociaux professionnels est une activité suffisamment chronophage pour ne pas être multipliée par le nombre de plateformes. En fonction des profils recherchés, sur quel réseau faut-il être pour recruter ?

 

Les incontournables : Viadeo et LinkedIn

 

Avec ses 9 millions d’utilisateurs en Europe, dont 5 millions en France, Viadeo est le réseau incontournable sur le marché français. C’est l’avis, entre autres, d’Aymeric de la Salle, fondateur de Network RH, un cabinet de recrutement 100% web. Il diffuse les offres de ses clients sur les jobboards mais « chasse » également les candidats potentiels sur les réseaux sociaux. « Nous ne publions pas d’offres sur les réseaux, nous y identifions les candidats que les clients ont l’habitude de recruter. Dès que l’un d’entre eux s’inscrit, nous l’approchons, l’invitons à rejoindre notre groupe. Nous entrons dans l’échange avec les candidats potentiels », explique-t-il. Les candidats repérés sur les réseaux sociaux représentent près de 12% de leurs recrutements.

 

Qui peut-on « toucher » sur Viadeo ? D’après les derniers chiffres du réseau[1], la majorité des membres sont des salariés (74%). Ils occupent principalement des postes dans le service commercial (18%), l’informatique/Internet (13%), la production/technologie/ingénierie (11%), ainsi que des postes de direction (9%). « Viadeo est véritablement multi-profil et multi-secteur, reprend Aymeric de la Salle. On y trouve des candidats de tous les niveaux, du bac au doctorat, du jeune diplômé au senior. L’avantage de Viadeo, c’est que les membres ne sont pas forcément en recherche active d’emploi. Ils sont prêts à recevoir des propositions mais ne sont pas harcelés d’offres comme sur un jobboard. »

 

Autre réseau social professionnel très prisé pour chasser des candidats : LinkedIn. Au classement du nombre de membres, LinkedIn devance largement Viadeo au niveau européen avec plus de 26 millions de membres. Si l’on ne regarde que la France, Viadeo repasse en tête car LinkedIn n’y compte « que » 2 millions de membres. « Il ne faut pas oublier qu’il y a à peine quelques années, LinkedIn était encore tout en anglais, ce qui a freiné les français », rappelle le fondateur de Network RH.  Le choix du réseau dépend du profil recherché et de sa localisation. « Sur LinkedIn, on va trouver des profils internationaux, à haute responsabilité et forte rémunération », précise le spécialiste du recrutement 100% web. LinkedIn met d’ailleurs en avant que plusieurs dirigeants des 500 plus grandes entreprises identifiées par le magazine Fortune cette année font partie du réseau.

 

Les « oubliés » : Facebook et Xing

 

Facebook, davantage associé à la vie privée que professionnelle, reste encore peu utilisé par les entreprises pour recruter. Certaines vont y lancer leurs campagnes de recrutement, avec un lien vers leur site corporate. Le contact ne s’effectue pas via le réseau lui-même, seulement la diffusion. Les membres eux-mêmes sont assez frileux à l’idée de partager les informations qu’ils publient sur Facebook avec des chasseurs de tête ou de potentiels employeurs. D’un point de vue pratique, le réseau ne permet ni de contacter aisément les profils – il faut d’abord « être amis » – ni d’avoir accès aux informations publiées (postes occupés, études…) si celles-ci ne sont pas publiques. « Nous nous sommes posés la question d’aller sur Facebook ou non, mais nous n’avons pas franchi le pas », déclare le fondateur de Network RH.

 

S’ajoute à ce trio habituel, le réseau Xing, moins connu en France qu’en Allemagne/Autriche/Suisse. Dans cette région, Xing devance largement LinkedIn et Viadeo, avec plus de 5 millions de membres. Cultiver ce réseau pourrait donc s’avérer intéressant pour les entreprises implantées dans ces trois pays. Quels profils y trouve-t-on ? Xing compte  41,3% de salariés, 12% de cadres, 21,9% de cadres supérieurs et 18% des membres occupent des postes de direction. En ce qui concerne leur niveau scolaire,  53% sont diplômés des Grandes Ecoles ou de l’université. Les secteurs les plus représentés sont les media, l’informatique et le secteur des banques et assurances.

 

Et du point de vue pratique ?

 

Viadeo et LinkedIn font partie des réseaux les plus complets lorsqu’il s’agit de sourcing candidats. La plupart des profils, notamment ceux des membres en  recherche active sont bien garnis, souvent proches du CV classique. « Mais on trouve aussi des profils moins garnis, notamment ceux des membres qui sont simplement à l’écoute de nouvelles opportunités », contraste Aymeric de la Salle. Son cabinet n’utilise pas les réseaux pour y déposer des offres, mais c’est une fonctionnalité qu’offrent Viadeo et LinkedIn (service Recruiter). Pour autant, ce type de démarche reste encore l’apanage des jobboards, les réseaux sociaux étant davantage utilisés pour cibler des candidats. Sur les deux réseaux, la recherche de membres est d’ailleurs très aisée et multicritères (postes, région, secteur, expérience…). C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle Facebook est peu utilisé pour le sourcing. « Les candidats y sont difficilement approchables et identifiables, constate le spécialiste du e-recrutement. Sur Viadeo et LinkedIn, la recherche de candidats est plus fine. On peut utiliser des mots-clés. » Avec Branch Out, le versant professionnel de Facebook, le géant bleu trouvera peut-être sa place dans la famille des réseaux sociaux professionnels. D’ici là, un dernier conseil : le mieux reste de ne pas se disperser sur plusieurs réseaux. Ce que confirme Aymeric de la Salle : « Il faut aller là où sont les candidats ».

 

 

Typhanie BOUJU

 

 

 


[1] Ces chiffres concernent l’ensemble du réseau et non la France uniquement.